Brasage et soudage à la flamme :  tout savoir

Brasage et soudage à la flamme : tout savoir

Michel, Soudeur professionnel passionné, Vendée

Guide écrit par:

Michel, Soudeur professionnel passionné, Vendée

200 guides

Avec une lampe à souder, un chalumeau mono gaz, un chalumeau bi-gaz ou un chalumeau oxyacétylénique, générateur de flamme, on peut braser ou souder bien des métaux. La puissance de chauffe de chacun d'eux est si différente qu'il faut s'assurer que la source de chaleur disponible répond parfaitement au projet à souder.

Caractéristiques importantes

  • Les types de soudage
  • Outils et consommables
  • Matériaux
  • Méthodologie
  • Le soudage autogène
Découvrez nos postes à souder à flamme bi-gaz, autogène & oxyacétylénique !

On distingue deux  grands types de soudage à la flamme :

1. Le soudage hétérogène :

  • Brasure tendre T°< 350°C
  • Brasure forte T° > 450°C
  • Soudobrasage T° ± 900°C

2. Le soudage autogène :

  • Le soudage oxyacétylénique T° 1400 à 1500°C

À noter : pour chaque procédé, pour ne pas échouer, il faut compter sur une puissance de chauffe égale au double de la température de brasage ou de soudage.

Le soudage hétérogèneou brasage concerne l'assemblage d'éléments d'un même métal ou de métal différent sans les fondre. Seul le métal d'apport entre en fusion pour assurer un joint solide et étanche.

Le soudage autogène concerne le soudage de métaux de même nature, très souvent l'acier au carbone, parfois de l'aluminium. Les métaux sont fondus en même temps que le métal d'apportdemême nuance que les aciers assemblés.

A noter : il faut être précis, distinguer la soudure de la brasure est une bonne démarche.

Les outils et consommables indispensables

  • Lampe à souder, chalumeau mono gaz, cartouches de rechange ou bouteille de gaz avec détendeur et flexibles. Température de flamme maximum 1600°C.
  • Brûleurs de rechange.
  • Flux ou décapant ou pâte d'étain.
  • Toile émeri, laine d'acier.
  • Fil à souder étain plomb ou étain cuivre.
  • Pince étau, établi.
  • Chiffon propre.

Types de matériaux concernés par la brasure tendre

Le cuivre sur cuivre ou associé au laiton pour les tuyauteries d'eau ne subissant pas de pression ni de contraintes mécaniques élevées sont concernés. Le métal d'apport étain/plomb est interdit sur l'eau potable.

Utilisez un alliage étain/cuivre au point de fusion légèrement plus élevé mais plus écologique. Il est à noter que la directive européenne RoHs qui fait référence à la présence de plomb associé à l'étain tend à recommander la fin du plomb dans l'étain pour les brasures tendres.

Méthodologie pour réaliser une brasure tendre

Après avoir étalé du flux sur les parties à emmancher, emboîtez-les puis portez à température les éléments à braser sans les soumettre directement à la flamme.

Le métal d'apport placé au niveau du joint fond dès que sa température de fusion est atteinte. Un mouillage se crée et la brasure s'enroule par capillarité instantanément autour du tube en formant un anneau régulier et solide.

Si vous n'êtes pas sûr de vous, vous pouvez étamer les éléments séparément avant emboîtement pour plus de sécurité.

Les outils et consommables nécessaires

  • Chalumeau bi-gaz, cartouches de rechange ou bouteille de gaz avec détendeur et flexibles, ou encore chalumeau oxyacétylénique, température maximale de flamme de 2600 à 2800°C.
  • Brûleurs, buses de rechange.
  • Flux ou décapant.
  • Toile émeri, laine d'acier.
  • Fil à souder, laiton enrobé, cuivre/phosphore, cuivre/argent ou cuivre/argent/phosphore laiton.
  • Pince étau, établi.
  • Chiffon propre

Types de matériaux concernés par la brasure forte

Le cuivre sur cuivre ou associé au laiton, laiton sur laiton, acier carbone, acier inox sont concernés.

Toutes tuyauteries d'eau ou de gaz, huiles, essences. Pour le gaz, si l'installation doit être réceptionnée par un agent GDF, les produits utilisés pour souder, décapant et métal d'apport, doivent présenter l'agrément ATG.

Méthodologie pour réaliser une brasure forte

La technique est semblable à la brasure tendre. Les températures de chauffe sont de l'ordre de 700 à 900°C. Portez les éléments à assembler à la bonne température après les avoir enduits de décapant ou flux.

Le métal d'apport nu que vous avez aussi trempé dans le décapant ou le flux est présenté au niveau du joint, prêt à être fondu. Un anneau se forme instantanément : la brasure est en place. Une chauffe trop importante (rouge cerise) du cuivre le rend poreux et fuyard.

Voir le catalogue ManoMano
Établi

Les outils et consommables à prévoir

  • Chalumeau bi-gaz dont oxygène ou ensemble oxyacétylénique température maximum de flamme de 3000 à 3200°C.
  • Buses de rechange.
  • Flux ou décapant.
  • Toile émeri, laine d'acier.
  • Fil à souder laiton enrobé.
  • Pince étau, établi.

Types de matériaux concernés par la soudobrasure

Le cuivre, l'acier carbone, la fonte, l'acier inox sont admissibles à ce procédé.

Méthodologie pour réaliser un soudobrasage

La température à atteindre est de l'ordre de 850 à 920°C. Utilisez le flux ou le décapant pour préparer les éléments à souder.

Le métal d'apport est appliqué sur le joint progressivement au goutte à goutte. Il ne doit pas être liquide mais on doit pouvoir le travailler pour former un cordon régulier de bel aspect.

Voir le catalogue ManoMano
Buses

Le dénominateur commun de tous ces procédés de soudage est la présence de la flamme à tous les niveaux.

Les risques d'accidents plus courants sont les brûlures. Il faut donc impérativement prendre les bonnes mesures en matière d'équipements de protection individuelle (EPI) et plus précisément, porter des vêtements de travail retard feu. Prévoyez également :

La liste ci-dessus est non exhaustive. Les équipements de protection individuelle sont à adapter à chaque situation de travail.

Les protections collectives sont de mise lors de situations de travail en co-activité mettant obligatoirement plusieurs personnes dans un espace rapproché :

Le soudage et le brasage en résumé

Qui peut le plus peut le moins. Si vous optez pour un ensemble chalumeau oxyacétylénique,vous pouvez couvrir tous les procédés de soudage à la flamme.

Pour des travaux de moindre importance, occasionnels ou réguliers, vous pouvez vous reporter aux indications reprises et définies ci-dessus.

Voir le catalogue ManoMano

Découvrez nos postes à souder à flamme bi-gaz, autogène & oxyacétylénique !

Guide écrit par:

Michel, Soudeur professionnel passionné, Vendée, 200 guides

Michel, Soudeur professionnel passionné, Vendée

J’ai acquis une formation de tôlier, de tuyauteur/soudeur et après avoir parcouru pendant trente cinq ans les chantiers de France et du Benelux, je suis devenu responsable d’une chaudronnerie puis projeteur, ingénieur de projets pour finir chef d’établissement ingénierie. Retraité, j’ai aménagé et équipé un atelier où je réalise des sculptures métalliques : j’ai réussi à combiner et aménager un coin de paradis ou j’aime laisser libre cours à mon imagination. Les casses et les vide-greniers n’ont plus de secrets pour moi. J’y trouve des objets insolites et des vieux outils que je collectionne ou que je transforme en objet d’art.J’aime aussi la décoration, la peinture sur toile et le jardinage. Je suis l’évolution des nouvelles technologies concernant les outils. Faire partager ma passion et vous conseiller humblement dans vos choix de matériel est un réel plaisir.

Le plus grand magasin en ligne d'Europe de brico, maison & jardin

  • Des millions de produits

    62 fois plus qu'en magasin, ça en fait du choix

  • Livraison chez vous ou en point relais

    Ça, c'est vous qui voyez

  • Des centaines d'experts en ligne

    Aussi experts que Macgyver, plus dispos que votre ophtalmo