Comment choisir une cloison ?

Comment choisir une cloison ?

Albert, Rédacteur, Isère

Guide écrit par:

Albert, Rédacteur, Isère

109 guides

Une cloison se choisit selon plusieurs critères. On n’utilise pas le même matériau dans une salle de bains que dans une pièce sèche. De même, certaines cloisons s’adaptent mieux au passage de gaines ou à la pose d’un isolant. Matériaux, caractéristiques et critères de choix, nos conseils pour choisir une cloison.

Caractéristiques importantes

  • Cloison sèche
  • Cloison humide
  • Utilisations
  • Matériaux
  • Contraintes
Voir les outils du plaquiste

Une cloison est une paroi intérieure non porteuse destinée à délimiter, séparer ou aménager un espace. En construction ou en rénovation, monter des cloisons permet d’aménager l’espace en fonction de vos besoins et vos goûts.

Les cloisons permettent de créer, agrandir ou rétrécir une pièce, ou encore construire des espaces de rangement. Le cloisonnement peut être complet ou partiel, il peut s’agir d’une cloison pleine ou d’une cloison ajourée. Les possibilités sont quasi illimitées.

Ainsi, il est possible de créer des séparations pleines condamnables avec une porte ou semi-ouvertes permettant la création d’ambiances distinctes. Construite avec plusieurs types de matériaux, elle peut disposer d’une isolation phonique et/ou thermique et des gaines électriques en son intérieur.

Types de cloison

On distingue deux types de cloison en fonction de leurs matériaux constitutifs et de l'assemblage requis. Les matériaux se choisissent en fonction du résultat recherché. Pour plus de solidité, privilégiez les matériaux traditionnels (parpaing, brique, carreau de plâtre). Pour une cloison légère et rapide à installer, optez pour les matériaux plus récents (plaque de plâtre, panneau alvéolaire). Les cloisons sont classifiées en fonction de leurs modes de montage, avec mortier (cloison humide) ou à sec (cloison sèche).  

La cloison sèche est réalisée sans avoir recours à du mortier. Le montage se fait à l'aide des panneaux ou plaques à sec, d'où son nom. Pour cela, il vous faudra monter préalablement une ossature ou armature. Celle-ci est composée de rails et des montants entre lesquels il convient d'ajouter un isolant pour assurer son isolation thermique et acoustique.

De même, il faudra bien choisir ses plaques ou panneaux. Il faut qu'ils soient adaptés aux contraintes de la pièce. S'il s'agit d'une pièce humide, il faudra opter pour des panneaux hydrofuges. Le grand avantage d'une cloison sèche est sa facilité de mise en œuvre et sa légèreté.

Les cloisons humides sont réalisées avec des matériaux traditionnels (parpaing, brique, carreau de plâtre). Leur assemblage se fait à l'aide de mortier humide, d'où leur nom. Le mortier sèche ensuite et laisse place à une cloison très résistante et solide. L'inconvénient est son poids.

En effet, les matériaux traditionnels sont lourds et transmettent des charges importantes au sol. Pour cette raison, il convient de s'assurer que le plancher a une portance suffisante. Ceci est essentiel lorsqu'il s'agit d'un plancher intermédiaire. Dans ce cas, il est judicieux d'opter pour une cloison sèche, plus légère.

Pour construire une cloison vous avez le choix entre des matériaux traditionnels et d’autres plus récents. Voici les matériaux les plus répandus pour créer une cloison :

  • parpaing ;
  • brique ;
  • béton cellulaire ;
  • panneau alvéolaire ;
  • carreau de plâtre ;
  • plaque de plâtre ;
  • panneau polystyrène extrudé.

Aussi connu sous le nom d’agglo ou de bloc, il convient de le choisir creux. Cela facilite la réalisation de saignées pour y passer les gaines électriques par exemple. Sa mise en œuvre est traditionnelle et nécessite l’utilisation de mortier.

Déclinées en plusieurs types, les briques creuses sont utilisées pour les cloisons. Certaines briques, dites monomur, disposent même d’un isolant en leur intérieur. La pose traditionnelle se caractérise par l’utilisation d’un liant.

Le béton cellulaire est un matériau composé de poudre de silicium mélangé à du béton. C’est un matériau léger, maniable et se coupe facilement à l'aide d'une scie à grosse denture. Le montage se fait au moyen de mortier comme pour une construction classique.

Voir le catalogue ManoMano
Scie

Les carreaux de plâtre peuvent être creux ou pleins. Ils peuvent aussi être hydrofuges et, dans ce cas, aptes pour la réalisation des cloisons en milieu humide. Le montage se réalise à l’aide d’un mortier et est facilité par la présence de rainures et languettes qui permettent de les emboîter parfaitement.

Le panneau alvéolaire est un matériau économique, léger et facile à poser. Il s’agit d’un assemblage d’une âme formée par une structure alvéolaire, et de deux plaques de plâtre. Son montage est très simple et se fait au moyen d’une armature généralement en tasseaux de bois.

Matériau très apprécié des professionnels, il permet la réalisation de cloisons de manière simple et rapide. Les plaques de plâtre peuvent être standard, ignifuges, phoniques, renforcées ou hydrofuges. Le montage se fait au moyen d’une ossature métallique.

Ces panneaux, relativement récents, sont hydrofuges. Légers et faciles à poser, ils sont parfaitement adaptés pour les pièces humides. Ils se montent eux aussi sur une ossature métallique. A noter que certains panneaux en polystyrène expansé peuvent aussi être utilisés pour la réalisation de planchers. 

Comme vu plus haut, la cloison doit être adaptée à la pièce de destination et à ses contraintes. Voici l’essentiel à prendre en compte à l’heure du choix :

La portance du plancher

Faire une cloison implique d’ajouter une charge supplémentaire au plancher. Celui-ci doit avoir une portance suffisante pour ne pas se déformer sous son poids. Attention donc aux planchers intermédiaires : les matériaux lourds sont à éviter (murs et parpaings).

L’humidité de la pièce

Si la pièce est humide, assurez-vous que le matériau est hydrofuge. Les matériaux traditionnels (brique et parpaing) sont résistants à l’humidité. Cependant, les panneaux, carreaux et plaques sont à choisir hydrofuges. Cette propriété est spécifiée sur la fiche produit.

Le montage de la cloison

Comme vu plus haut, le montage de la cloison peut être humide ou à sec. Humide, cela signifie qu’il faut utiliser du mortier ou tout autre liant sous forme de pâte humide. Ceci implique d'avoir un espace de travail dégagé et le maniement de charges lourdes (sacs de mortier). De même, il faut prévoir des outils de maçon (auge, malaxeur, truelle, etc.).

Pour une cloison sèche, l'inconvénient est le maniement de plaques encombrantes. Cependant, elles sont légères et des outils de plaquiste facilitent le transport. Ce même outillage vous permet de découper les plaques proprement et rapidement. Il vous permet aussi de sertir l'ossature (sertisseuse), couper les rails (ciseaux de plaquiste), etc.

L’isolation

Il faut déterminer en amont si la cloison doit être isolante, ce qui est vivement conseillé. Dans ce cas, il faut prévoir un isolant à poser dans la cloison pour isoler thermiquement et/ou acoustiquement. Les laines minérales sont souvent utilisées mais d’autres matériaux d'isolation sont à envisager.

Le passage de gaines électriques

Si des gaines électriques doivent passer dans la cloison, il faudra prévoir de l'espace pour les installer. Les cloisons sèches permettent aisément le passage des gaines électriques, même en présence d'un isolant.

Il faudra tout de même vous équiper d'une scie cloche. Cet accessoire est requis pour percer les plaques afin d'y fixer les boîtes d'encastrement des prises et/ou interrupteurs électriques.

Pour passer les gaines électriques dans une cloison humide, il faut faire des saignées. Celles-ci sont à recouvrir ensuite avec du mortier.

Voir les outils du plaquiste

Guide écrit par:

Albert, Rédacteur, Isère, 109 guides

Albert, Rédacteur, Isère

Le jardinage et le bricolage font partie de mon quotidien depuis longtemps. Aussi bien sur le plan personnel que professionnel. En effet, après des études dans le commerce, j’ai évolué vers les métiers du bâtiment et du paysage : technicien, paysagiste et responsable d’activité. De la maintenance technique d’immeubles à la création des espaces paysagers, en passant par la rénovation de logements, mon expérience m’a permis d’être polyvalent. Les conseils à mes interlocuteurs, particuliers et professionnels, m’ont orienté logiquement vers le métier de rédacteur. C’est donc avec plaisir que je vous apporte mes conseils dans le jardinage et le bricolage. Je sais combien il est utile de savoir choisir ses équipements et de faire ses travaux soi-même. Cela vous permet d’améliorer votre confort à la maison et au jardin, la fierté et les économies en plus !

Le plus grand magasin en ligne d'Europe de brico, maison & jardin

  • Des millions de produits

    62 fois plus qu'en magasin, ça en fait du choix

  • Livraison chez vous ou en point relais

    Ça, c'est vous qui voyez

  • Des centaines d'experts en ligne

    Aussi experts que Macgyver, plus dispos que votre ophtalmo