Tout savoir sur le traitement du bois

Tout savoir sur le traitement du bois

Albert, Rédacteur, Isère

Guide écrit par:

Albert, Rédacteur, Isère

109 guides

Robuste et esthétique, le bois est prisé en construction, aménagement extérieur et menuiserie. Il est cependant sensible à l’humidité, aux UV, insectes, champignons, etc. Pour le protéger, il faut le traiter. Structurel, préventif, curatif, technique et produits, voici ce qu’il faut savoir sur le traitement du bois.

Caractéristiques importantes

  • Types de traitement
  • Bois concernés
  • Produit imprégnant
  • Produit filmogène
  • Insecticide
  • Traitement préventif
  • Traitement curatif
Voir les produits de traitement du bois

La durabilité du bois est un enjeu crucial pour bénéficier de toutes ses propriétés dans le temps. Un bois correctement traité peut avoir une très longue durée de vie. En témoignent les charpentes des cathédrales vieilles de plusieurs siècles.

Quels sont les bois concernés 

Tous les bois sont susceptibles d'être traités, mais pas pour les mêmes raisons. Les bois exotiques sont naturellement imputrescibles et insensibles aux parasites. Cependant ils sont soumis au grisaillement comme tous les autres bois. Dans ce cas, le traitement est de type esthétique et non structurel.

A quelques exceptions près, comme le cèdre "red Cedar" par exemple, les autres bois sont sensibles à l'humidité, aux insectes lignivores et aux champignons. Pour une utilisation en extérieur, ils doivent être traités en usine. Dans le cadre de leur entretien, appliquer des traitements s'avère indispensable.

Après l'abattage et le sciage, les bois peuvent être soumis à différents traitements. Cela dépend de l’essence de bois et de sa destination. S'agissant de fabriquer des lames de terrasse ou de bardage, deux traitements sont couramment utilisés par les industriels. Il s'agit du traitement autoclave et du THT (traitement haute température).

Le bois autoclavé

Les bois dits autoclavés sont traités par imprégnation de produits biocides à haute pression. Ces produits forment alors une barrière protectrice du bois. Le but est de rendre le bois imputrescible et d'allonger une durabilité naturellement limitée. Malgré ce traitement, ces essences de bois ont une durée de vie moindre par rapport à leurs homologues exotiques (ipé, teck, muiracatiara, etc.).

Le bois traité à haute température

Le THT quant à lui, consiste à soumettre le bois à de hautes températures, d'où son nom. Par cette action, sa structure est modifiée. Les tissus réceptifs de l'humidité sont neutralisés et les nutriments qui attirent champignons et insectes lignivores disparaissent. Ce procédé est une alternative écologique au traitement autoclave car aucun produit chimique n'est utilisé.

Le bois est très apprécié en construction, menuiserie et aménagement extérieur, entre autres domaines d'application. Outre ses qualités esthétiques remarquables, il dispose également de propriétés mécaniques qui en font un matériau de premier choix. A commencer par sa résistance mécanique :

  • à la traction, résiste à la force exercé sur lui tendant à l'allonger ;
  • à la compression, résiste à une pression homogène exercée contre lui ;
  • au cisaillement, supporte l'action de forces simultanées contraires ;
  • à la flexion, supporte des charges localisées sur un point de sa surface.

D'autres propriétés non négligeables sont à souligner :

  • dureté, permettant son utilisation en tant que matériau structurel pour le bâtiment ;
  • résistance aux chocs, faisant de lui, un revêtement prisé pour les menuiseries ;
  • malléabilité, permettant de le travailler avec une grande facilité ;
  • durabilité, s'agissant de bois exotiques ou d'autres bois régulièrement traités ;
  • recyclabilité, si non traité avec des créosotes ou autres produits dangereux ;
  • bilan carbone négatif, le bois stocke le carbone préservant ainsi l'environnement.
Malgré leurs qualités, la plupart des essences de bois sont sensibles à l'humidité et autres facteurs naturels. Il faut donc être attentif à utiliser à chaque fois un bois adapté aux travaux envisagés.

Comme vu plus haut, la plupart des essences de bois, si non traitées, sont sensibles à différents facteurs. Il peut s'agir de facteurs climatiques ou de parasites se nourrissant de bois, parmi lesquels on peut citer :

  1. L'humidité : c'est sans doute l'ennemi n° 1 des bois non traités ni naturellement imputrescibles. Son excès altère les propriétés intrinsèques du bois et favorise l'apparition de nuisibles.
  2. Le rayonnement ultraviolet :c'est la cause du fameux grisaillement du bois, caractérisé par la perte de sa coloration d'origine au profit d'une couleur grise.
  3. Les changements de température : ils produisent fissures, fendillements et autres traces d'usure. Généralement superficielles, ces altérations sont inesthétiques et souvent synonymes d'échardes et autres débris.
  4. Les cycles gel et dégel : lorsque l'eau s'infiltre dans le bois, elle gèle la nuit. En journée, elle dégèle et par ce phénomène, elle peut altérer le bois tout comme les variations thermiques citées plus haut.

Il existe dans la nature une grande quantité d'organismes se nourrissant de bois. De ce fait, ce matériau est exposé à leurs attaques. Ces champignons ou insectes se nourrissent de la lignine ou de la cellulose présentes dans le bois. Ils peuvent aussi s'y installer et creuser des galeries. Parmi ces nuisibles qui s'attaquent au bois, voici une liste non exhaustive :

  • capricornes ;
  • vrillettes ;
  • lyctus ;
  • termites ;
  • lichens ;
  • mérules ;
  • coniophores ;
  • polypores.

Pour combattre ces agents biologiques, vous pouvez appliquer deux types de traitement. Un traitement préventif pour éviter leur apparition, ou curatif pour les éradiquer lorsqu'ils sont déjà présents.

Ces différentes insectes xylophages friands de bois opèrent aussi bien à l'extérieur qu'à l'intérieur des habitations. Autant dire que la vigilance est de mise, notamment pour les charpentes et autres bois plus ou moins accessibles dans les sous-sols, les combles et les caves.
Voir le catalogue ManoMano
Produit d'entretien et de restauration du bois

Décaper le bois 

Le décapage est une opération radicale de mise à nu du bois. C'est une étape préalable à l'application d'un produit filmogène pour protéger le bois. Cela concerne notamment les travaux suivants :

Le décapage se fait avec un ponçage en profondeur, un sablage ou un produit décapant. Pour vitrifier un parquet ancien par exemple, le passage d'une ponceuse à parquet est de rigueur. Sans oublier de faire les finitions avec une deuxième ponceuse, manuelle cette fois-ci.

En effet ,les produits filmogènes créent une pellicule protectrice sur la surface du bois après séchage. Pour une accroche optimale au support, celui-ci doit être entièrement débarrassé de son ancien revêtement.

Poncer le bois

Le ponçage est une préparation moins agressive pour le bois. Cette opération suffit lorsque le bois est recouvert d'un produit d'imprégnation tel qu'une lasure, un saturateur ou encore une huile de protection.

S'il s'agit d'une toute petite surface à traiter, vous pouvez opter pour un ponçage manuel. Sinon, il faudra utiliser une ponceuse. Vous avez le choix entre une ponceuse vibrante, une ponceuse triangulaire ou ponceuse delta (finitions, petites surfaces) voire une ponceuse orbitale ou une ponceuse à bande.

Avec ces machines, vous obtiendrez un gain de temps non négligeable. Et ce pour une parfaite préparation de votre support avant application du produit de votre choix.

Il arrive souvent que les volets, portes, meubles, bardages, etc., présentent des irrégularités sur leur surface. Elles peuvent être plus ou moins grandes et plus ou moins visibles. Dans tous les cas, il convient de réparer le bois en rebouchant trous et fissures.

Pour y parvenir, trois types de produits feront l'affaire :

  1. la pâte à bois, pour reboucher les imperfections de moins de 2 mm ;
  2. le mastic bois, pour couvrir trous et fissures de 2 mm et plus.
  3. l'enduit de rebouchage bois, selon le produit il peut être appliqué en profondeur ou en surface.
Pour choisir un produit de rebouchage bois, consultez la fiche produit. En effet, les compositions et les dénominations commerciales changent d'un produit à l'autre.
Voir le catalogue ManoMano
Ponceuse

Traitement fongicide et insecticide

Les fongicides et insecticides sont de mise pour des traitements curatifs ou préventifs. Ils s'appliquent sur les charpentes, ossatures et autres éléments structurels en bois. Ces produits existent aussi en version traitement des parquets avec une formulation conçue pour limiter fortement les remontées de tanin.

Quant à la fréquence d'application, à titre d'exemple, le traitement d'une charpente est à faire en prévention tous les dix ans environ. Le traitement curatif, lui, est à réaliser après avoir décelé la présence de nuisibles, défini l'espèce concernée et déterminé l'étendue des dommages.

L’huile protectrice

Les huiles protectrices pour bois appartiennent à la famille de produits de traitement par imprégnation. Non filmogènes, elles sont à appliquer sur les meubles et menuiseries en bois. Elles assurent une fonction protectrice contre l'usure mécanique, les UV et les agressions du quotidien. Les huiles bois s'appliquent aussi bien sur les meubles de salon ou de cuisine que sur un salon de jardin par exemple.

Vous pouvez les choisir teintées, incolores ou mates, certaines teintes correspondant à la couleur de l'essence traitée. Ceci est intéressant pour préserver l'aspect initial du bois dans le temps. Notez également que les huiles peuvent être en phase aqueuse ou solvant, les premières dégageant moins de COV que les secondes.

Le vernis

Contrairement à l'huile protectrice, le vernis est un produit filmogène. Cela veut dire qu'en séchant, il forme une pellicule qui reste sur la surface du bois. Sa protection est donc superficielle, il n'imprègne pas la fibre du bois. Côté finitions, vous le choisirez brillant, mat, satiné ou encore coloré.

Comme l'huile protectrice, le vernis est disponible en phase aqueuse et en phase solvant. Les vernis glycérophtaliques (phase aqueuse) dégagent plus d'odeurs et de composés organiques volatiles (COV) que ceux en phase aqueuse. Cependant, ils ont une bonne résistance et une bonne durée de vie.

La lasure

La lasure est un produit de protection du bois à mi-chemin entre un vernis et une huile protectrice. En effet, sans être filmogène, elle a la particularité de former une fine pellicule microporeuse et de pénétrer légèrement dans la fibre du bois. Une autre caractéristique est qu'elle laisse apparaître le veinage du bois.

La lasure est déclinée sous forme de gel ou de liquide et en finition mate ou satinée. Elle peut être glycéro (phase solvant) ou acrylique (phase aqueuse). Hydrofuge et résistante aux UV, elle protège le bois contre le rayonnement ultraviolet, l'humidité et autres agressions naturelles.

La peinture

La peinture pour bois est un produit filmogène par excellence, elle fait ainsi partie des revêtements disponibles sur le marché. Appliquée en une ou plusieurs couches, elle forme durablement un film sur le support où elle est appliquée. Les peintures pour bois n'échappent pas à la règle et sont déclinées en plusieurs finitions.

Il existe plusieurs types de peintures pour bois. Certaines sont à appliquer en intérieur, d'autres en extérieur. Côté composition, elles peuvent être acryliques, glycéro ou alkydes. Les peintures requièrent souvent l'application préalable d'une sous-couche ou d'une lasure.

Saturateur et imprégnateur

Saturateur et imprégnateur font partie des produits à imprégnation. Ils sont utilisés rajeunir le bois qui perd sa pigmentation sous l'effet des UV notamment. Ils sont à appliquer sur les bardages, lames de terrasses, mobilier de jardin et autres éléments en bois exposés au soleil.

Le bois extérieur est en effet sujet au phénomène de grisaillement. Le saturateur et l'imprégnateur pénètrent dans le bois et lui redonnent une couleur proche de celle d'origine. Pour empêcher le bois de redevenir gris, ces produits sont à appliquer idéalement une fois par an ou tous les deux ans.

Voir le catalogue ManoMano
Peinture et teinte du bois extérieur

Le savon pour bois

Le savon pour bois est un produit d'entretien courant. Il en existe de plusieurs sortes, certains pouvant être dédiés à une ou plusieurs essences de bois en particulier. Comme tous les savons, ils sont destinés au lavage et s'appliquent dilués dans l'eau.

Les vitrificateurs

Les vitrificateurs sont des vernis qui ont la particularité de former une pellicule épaisse et résistante. Ils s'appliquent généralement en rénovation de parquets. Pour ce faire, il faut décaper le support de manière à débarrasser complètement le bois de toute trace d'ancien traitement ou peinture.

La cire 

La cire pour bois crée une couche protectrice sur la surface du bois. Elle est conseillée pour l'entretien de meubles et parquets. Il en existe de plusieurs types : cire d'abeille, cire végétale ou encore cire minérale. Présentées sous forme de pâte, gel ou liquide, elles s'appliquent généralement à l'aide d'un chiffon microfibres. Après application, il est généralement nécessaire de procéder à un lustrage sur la surface traitée pour une finition impeccable.

Voir le catalogue ManoMano
Savon pour le bois

Traiter un bois intérieur sain

Traiter le bois du mobilier intérieur, des parquets et lambris permet de mieux les conserver dans la durée tout en préservant leur aspect d'origine. L'entretien régulier est à réaliser à l'aide d'un produit imprégnant, il peut s'agir de cire ou d'huile protectrice pour bois. L'application se fait à l'aide d'un chiffon et un lustrage et généralement requis pour une meilleure finition.

Traiter un bois extérieur sain

Les boiseries extérieures sont soumises au rayonnement solaire, aux intempéries, aux écarts de température et aux cycles gel et dégel. Autant d'agressions que le bois doit constamment subir. Pour le protéger, l'application d'une lasure est une bonne démarche. Cela concerne aussi bien les boiseries que le mobilier.

Pour l'entretien des bardages, caillebotis et lames de terrasse, optez pour un saturateur ou un imprégnateur. Ces produits protègent le bois tout en faisant ressortir leurs couleurs d'origine.

Traiter un bois extérieur attaqué 

Lorsque le bois extérieur est abîmé, il convient de le réparer au plus vite. En effet, si vous remettez la tâche à plus tard, il continuera à se détériorer inexorablement. S'agissant d'un banc de jardin, par exemple, la réparation consiste à faire un ponçage complet pour ensuite réparer avec du mastic à bois et/ou de la pâte à bois.

Une fois sec, il faudra appliquer une lasure. Si vous souhaitez renforcer la protection, après l'avoir lasuré, vous pouvez appliquer un vernis ou une peinture pour bois extérieur. Pour ce faire, vous pouvez vous servir d'un rouleau et d'un pinceau ou opter pour peindre au pistolet.

Traiter un bois intérieur attaqué 

A l'intérieur d'une maison, les bois de charpente et les autres bois de structure sont exposés à des agressions. Il peut s'agir de problèmes d'infiltration d'eau, d'humidité, d'attaque de nuisibles ou une combinaison de ces facteurs. Le traitement à prévoir dépendra du type d'attaque subi par le bois. Pour le savoir, il faudra réaliser une inspection visuelle.

S'il s'agit d'une dégradation due à l'humidité, il faudra s'attaquer à la source du problème. Après quoi il faudra remplacer les pièces trop abîmées, et réparer celles qui peuvent l'être, après ponçage complet. Pour finir, l'application d'une huile protectrice ou d'une lasure adaptées est requise.

Les principaux insectes xylophages 

Une charpente attaqué par des insectes xylophages est un problème majeur. La charpente doit être traitée dès que la présence de ces insectes est confirmée. Cependant, il convient au préalable de déterminer le type d'insecte dont il s'agit. Vous pourrez alors choisir l'insecticide le plus adapté.

Plusieurs insectes xylophages sont susceptibles de s'attaquer au bois. Parmi eux, voici les principaux :

  • termites ;
  • lyctus ;
  • vrillettes ;
  • capricornes ;
  • charançons du bois ;
  • sirex.

Ces insectes ont pour point commun un cycle biologique comprenant l'éclosion des œufs, le stade larvaire, une phase intermédiaire (pupe ou nymphe) et le stade adulte. Le stade larvaire étant le plus néfaste car les larves sont affamées et dévorent le bois.

Parmi ces insectes, les termites détiennent le podium en termes de nocivité pour le bois. En effet, ces nuisibles ont la fâcheuse habitude de se répandre très rapidement. Le traitement anti-termites est à faire uniquement par un professionnel agréé.

En cas d'attaque de termites, la législation prévoit de signaler le problème à votre mairie. Les termites sont un véritable fléau et il est souvent nécessaire de mettre en place un plan de lutte à l'échelle de la commune. Des zones à risques sont définies et des mesures peuvent exister dans votre commune. Il vous appartient de vous en informer.

Traiter une charpente ou un plancher en 3 étapes

Planchers et charpentes en bois sont autant de cibles privilégiées pour les insectes xylophages. Pour les éliminer, voici, dans leurs grandes lignes, les trois étapes d'un traitement insecticide :

  1. Préparer la zone de travail : bâcher les surfaces non concernées par le traitement, aérer la pièce car les produits biocides sont dangereux. Porter les équipements de protection individuelle : combinaison intégrale, gants, lunettes de protection et masque de protection des voies respiratoires.
  2. Nettoyer le support à traiter : à l'aide d'une brosse métallique, enlever les éléments en mauvais état de la surface. Si le bois est trop abîmé, supprimer les parties concernées avec un grattoir. Dépoussiérer l'ensemble.
  3. Appliquer le produit de traitement : selon le produit utilisé, l'application se fait par badigeonnage ou par badigeonnage et injection. Dans ce dernier cas de figure, des perçages sont à réaliser à intervalles réguliers sur les parties les plus affectées. le produit est ensuite injecté sur des chevilles spéciales posées préalablement dans les trous.
Avant de vous lancer dans un traitement anti-xylophages, considérez l'étendue de l'invasion. En cas de forte infestation, il est plus judicieux de faire appel à une entreprise spécialisée.

Éliminer la mérule en 3 étapes

La mérule est un champignon très difficile de détecter. Discrète, la mérule se niche à l'intérieur des cloisons, lambris ou tout autre endroit à l'abri des regards. Elle est souvent repérée seulement lors de travaux de rénovation. En cas d'infestation, la première chose à faire est de s'attaquer à l'humidité.

Ce champignon ne prolifère que lorsque le taux d'humidité du bois dépasse les 30%. Le diagnostic et le traitement sont à réaliser par un professionnel spécialisé, seul compétent pour confirmer sa présence et l'éradiquer. A titre informatif, voici les étapes du traitement pour éliminer la mérule :

  1. Supprimer l'humidité et assécher la maison : dès lors que le taux d'humidité n'excède les 20 %, la mérule disparaît d'elle-même au bout de trois semaines. Evidemment, il faut l'éradiquer sans attendre !
  2. Réparer les parties endommagées : ce champignon peut causer des dégâts considérables. Les parties affectées doivent être remplacées : panneaux de cloisons, lames de lambris, revêtements muraux ou encore des éléments structurels tels que lambourdes, solives ou encore éléments de charpente.
  3. Appliquer le produit de traitement : en fonction du produit choisi, l'application se fait par pulvérisation ou injection. Il existe des méthodes plus biologiques consistant à monter la température de l'habitation et d'autres combinant celle-ci à un produit de traitement moins toxique que les fongicides classiques.

Les produits de traitement du bois sont plus ou moins respectueux de l'environnement. S'agissant de peintures, vernis et lasures, optez pour les traitements en phase aqueuse, moins générateurs de COV (composés organiques volatils). Vous trouverez aussi des produits réalisés avec des pigments d'origine végétale, moins nocifs pour la nature et pour votre santé.

Pour faciliter votre choix, il existe des labels garantissant que le produit lui-même et sa fabrication ont un impact moindre sur l'environnement. Il s'agit de :

  • l'écolabel, assure un dégagement limité de COV et la non utilisation de métaux lourds lors de sa fabrication ;
  • NF environnement, certifie que la fabrication du produit a un impact limité sur l'environnement.

Concernant les insecticides et fongicides, ils sont à manier avec toutes les précautions requises. Utilisez des équipements de protection individuelle adaptés et suivez scrupuleusement la notice d'application du produit. En fin de traitement, acheminez tous les déchets à la déchetterie la plus proche de votre domicile et respectez les consignes de tri.

Voir le catalogue ManoMano
Traitement du bois tout usage

Voir les produits de traitement du bois

Guide écrit par:

Albert, Rédacteur, Isère, 109 guides

Albert, Rédacteur, Isère

Le jardinage et le bricolage font partie de mon quotidien depuis longtemps. Aussi bien sur le plan personnel que professionnel. En effet, après des études dans le commerce, j’ai évolué vers les métiers du bâtiment et du paysage : technicien, paysagiste et responsable d’activité. De la maintenance technique d’immeubles à la création des espaces paysagers, en passant par la rénovation de logements, mon expérience m’a permis d’être polyvalent. Les conseils à mes interlocuteurs, particuliers et professionnels, m’ont orienté logiquement vers le métier de rédacteur. C’est donc avec plaisir que je vous apporte mes conseils dans le jardinage et le bricolage. Je sais combien il est utile de savoir choisir ses équipements et de faire ses travaux soi-même. Cela vous permet d’améliorer votre confort à la maison et au jardin, la fierté et les économies en plus !

Le plus grand magasin en ligne d'Europe de brico, maison & jardin

  • Des millions de produits

    62 fois plus qu'en magasin, ça en fait du choix

  • Livraison chez vous ou en point relais

    Ça, c'est vous qui voyez

  • Des centaines d'experts en ligne

    Aussi experts que Macgyver, plus dispos que votre ophtalmo