Comment choisir ses étais

Comment choisir ses étais

Michel, Soudeur professionnel passionné, Vendée

Guide écrit par:

Michel, Soudeur professionnel passionné, Vendée

200 guides

Les étais servent à maintenir et soutenir provisoirement une structure, ou encore pour sécuriser des travaux en hauteur. Qu’ils soient de type poussant, téléscopique, à gâchette ou destinés à former une tour d’étaiement, ils doivent tous apporter une réelle résistance. Pour bien choisir vos étais, voici nos conseils.

Caractéristiques importantes

  • Types d’étai
  • La tour d'étaiement
  • Dispositifs de maintien des étais
  • La norme NF EN 1065
  • Entretien des étais
  • Sécurité
Voir les étais

Un étai est une pièce de charpente indispensable à tout ouvrage de maçonnerie situé en hauteur et dont le but est de le soutenir provisoirement, le temps nécessaire à sa consolidation. Il peut aussi former une tour d’étaiement pour les travaux sur façade notamment.

Un étai est formé par deux éléments principaux :

  • D'un côté, le tube fût soudé sur une semelle percée de 4 trous pour ancrage ; de l'autre, d'un filetage apparent (type N) ou protégé (type T) sur lequel se visse un manchon équipé de 2 poignées pour le faire tourner. Une broche imperdable complète la partie basse de l'étai.
  • Le tube coulisse, également soudé sur une semelle avec 4 trous, dispose lui aussi de trous à intervalles réguliers. Ils sont destinés à recevoir la broche afin de régler la hauteur de l'étai.

La norme NF EN 1065 régit leur fabrication, utilisation et marquage. Tout écart avec ces impositions normalisées est fortement déconseillé, voire proscrit si on ne veut pas voir sa responsabilité engagée en cas d'accident.

Voir le catalogue ManoMano
Étai

Les étais se choisissent en fonction de leur utilisation et du type d’ouvrage auxquels ils sont destinés, on en dénombre 6 principales catégories.

1. L'étai poussant télescopique de maçon

C'est l'étai le plus simple et le plus utilisé dans le BTP. Il est généralement peint ou galvanisé. Un marquage gravé indique sa classe et son extension maximum. Le choix des étais se fait en fonction des hauteurs d'étaiement.

Il s'utilise verticalement, ancré à sa base avec des chevilles et immobilisé en partie haute par boulonnage jusqu'à une hauteur de 3 m. Au-delà il est recommandé d'utiliser une tour d'étaiement beaucoup plus stable et sécurisante.

2. L'étai de gros œuvre

L'étai de gros œuvre plus lourd que l'étai simple est renforcé au niveau de la semelle par un tube plus épais, de diamètre supérieur, qui augmente la reprise de charge tout en améliorant sa stabilité.

La finition est peinte ou galvanisée.

3. L'étai lourd

L'étai lourd est destiné aux gros travaux de génie civil pour supporter des charges pouvant aller jusqu'à 4 tonnes par unité.

Les pieds sont renforcés pour une stabilité accrue. Il est appelé aussi atlas ou super atlas chez certains fournisseurs.

4. L'étai tirant poussant

L'étai tirant poussant est fait pour travailler en position inclinée pour maintenir des charges verticales telles que les coffrages de murs, banches etc. Il est équipé à sa base et en position haute d'un sabot stabilisateur articulé percé permettant de l'ancrer en sécurité.

Certains modèles sont pourvus de double filetage et double coulisse autorisant un réglage précis de l'étaiement.

5. La tour d'étaiement

La tour d'étaiement, utilisée pour les gros chantiers, se compose d'un ensemble de 4 points d'étayage ou plus.

Les étais sont solidaires deux par deux (échelle de 2 étais) et peuvent être assemblés en carré, en rectangle ou en tout autre configuration d'étaiement.

Les pieds sont réglables par vis et des planchers et garde-corps peuvent compléter le maillage pour autoriser l'accès en sécurité du personnel opérant.

Au sommet des étais on peut placer des fourches d'étaiement pour recevoir des madriers ou des poutrelles.

6. L'étai à gâchette

L'étai télescopique à gâchette est un étai léger destiné à des travaux tels que la pose de plafonds de plaques de plâtre ou la pose de chambranles de fenêtres par exemple. Il ne supporte que des charges faibles de l'ordre de 50 Kg par élément. Néanmoins il est très pratique pour travailler seul.

Les dispositifs de maintien existent pour assurer des fonctions spécifiques ou complémentaires à un ou plusieurs étais.

  • La fourche d'étaiement à double entrée permet selon la configuration du chantier de soutenir en partie haute de l'étai des madriers ou des poutrelles dans le cas d'un soutien de plancher par exemple.
  • Le trépied simple, fixe, permet de mettre en place un étai seul en se concentrant sur la partie haute de l'étai. Un modèle articulé existe également.
  • Le renfort d'étai complète l'étai tirant poussant dans sa fonction. Sa base est solidaire du sabot inférieur du tirant poussant. Très utile en cas de charge horizontale importante.
  • Le panier cadre de stockage permet de ranger proprement les étais sans risque de détérioration et pour faciliter leur transport avec un chariot élévateur.

Exemples de gamme d'étais, le coefficient de sécurité pris en compte étant de 1,65 conformément aux normes de sécurité en vigueur.

Classe
Extension
Résistance en DaN
A
De 1,6 m à 4 m
2660  DaN – 772 DaN
B
De 1,6 m à 3,5 m
3100  DaN – 750 DaN
C
De 1,6 m à 5,5 m
2660  DaN – 772 DaN
D
De 1,6 m à 5,5 m
2060  DaN
E
De 1,6 m à 5,5 m
3090  DaN

Pour rappel :

  • 1 DaN (décanewton, unité de mesure de force) = 1,02 kg

On remarque que pour les catégories A, B et C la résistance diminue selon la longueur de l'étai ce qui n'est pas le cas pour les classes D et E (étais renforcés).

La norme NF EN 1065 est claire sur les caractéristiques et la classification des étais. Pour être conforme à la norme un étai doit obligatoirement respecter les indications suivantes :

  • Le fût et la coulisse ne doivent pas pouvoir se déboîter.
  • La broche de diamètre minimum 13 mm est dite "imperdable" donc solidaire de l'étai au moyen d'une chaîne. Elle doit dépasser d’au moins 20 mm du trou percé dans le fût.
  • Le recouvrement de la coulisse dans le fût ne peut être inférieur à 300 mm. Mesure prise avec l'étai complètement déployé. Ceci garantit un bon alignement fût/coulisse.
  • Une garde à la main de 100 mm est requise, l’étai rentré, pour ne pas se blesser aux mains.
  • Le manchon de réglage ne doit pas pouvoir se déboîter du filetage du fût.
  • La longueur de réglage minimale entre étai ouvert et rentré de doit pas être inférieure à 1 m.

La norme NF EN 1065 propose 5 classes de résistance des étais, de A à F. On peut vérifier visuellement la classe d’un étai puisque chaque classe possède une forme spécifique de semelle. Un étai est identifié selon 3 critères :

  • sa classe ;
  • son extension maximum ;
  • son type de filetage (protégé ou apparent).

Exemple de marquage :

  • B-40-T (Classe B, longueur d’extension maximale 40 cm, type T)

La protection contre la corrosion des étais est classée de F1 à F5 avec un niveau de protection croissant qui va de la peinture simple à la galvanisation à chaud.

Il faut insister sur la nécessité de maintenir ce type de matériel en parfait état. Comme ils sont soumis à des risques d'encrassement, un lavage rapide aussitôt démonté est une bonne démarche à adopter.

Les étais doivent être vérifiés périodiquement. Un étai tordu ne doit pas être redressé mais remplacé. Pas de ressoudage en cas de bris.

Les accidents dus au non-respect de précautions et de procédures de mise en place sont malheureusement très élevés. La conception d'un étaiement se fait au moyen d'une note de calcul réalisé par un professionnel compétent en la matière. Ne vous engagez pas, sous aucun prétexte, dans la prise d'initiatives de mise en place d'étaiement complexe même si vous êtes un professionnel du bâtiment.

Portez les équipements de protection individuelle (EPI) nécessaires tels que :

Voir le catalogue ManoMano
Equipements de protection individuelle

Voir les étais

Guide écrit par:

Michel, Soudeur professionnel passionné, Vendée, 200 guides

Michel, Soudeur professionnel passionné, Vendée

J’ai acquis une formation de tôlier, de tuyauteur/soudeur et après avoir parcouru pendant trente cinq ans les chantiers de France et du Benelux, je suis devenu responsable d’une chaudronnerie puis projeteur, ingénieur de projets pour finir chef d’établissement ingénierie. Retraité, j’ai aménagé et équipé un atelier où je réalise des sculptures métalliques : j’ai réussi à combiner et aménager un coin de paradis ou j’aime laisser libre cours à mon imagination. Les casses et les vide-greniers n’ont plus de secrets pour moi. J’y trouve des objets insolites et des vieux outils que je collectionne ou que je transforme en objet d’art.J’aime aussi la décoration, la peinture sur toile et le jardinage. Je suis l’évolution des nouvelles technologies concernant les outils. Faire partager ma passion et vous conseiller humblement dans vos choix de matériel est un réel plaisir.

Le plus grand magasin en ligne d'Europe de brico, maison & jardin

  • Des millions de produits

    62 fois plus qu'en magasin, ça en fait du choix

  • Livraison chez vous ou en point relais

    Ça, c'est vous qui voyez

  • Des centaines d'experts en ligne

    Aussi experts que Macgyver, plus dispos que votre ophtalmo