Les saints de glace et le jardinage

Les saints de glace et le jardinage

Jean-Marie, Jardinier passionné & auteur, Auvergne

Guide écrit par:

Jean-Marie, Jardinier passionné & auteur, Auvergne

169 guides

Les saints de glace (11, 12 et 13 mai), sont une période redoutée du jardinier. À chaque printemps, on en tient compte pour déterminer si le moment est venu de semer ou planter. Avant ces dates, on n'est pas à l'abri d'un gel, mais après, toutes les cultures peuvent être mises en place. Qu'en est-il vraiment ?

Caractéristiques importantes

  • Origine
  • Dates
  • Gel
  • Plantations
Voir les plants de potager

Les premières traces de ces croyances mêlant vie quotidienne et religion remontent aux périodes troubles du haut Moyen Âge, autour de l'an 500 de notre ère. Au mois de mai, le soleil et la douceur sont de retour, les températures remontent, la terre se réchauffe, et les jardiniers comme les agriculteurs jugent le moment opportun pour planter et semer. Mais certaines années, des températures négatives et le gel apparaissent, réduisant à néant le travail des cultivateurs.

À cette époque, Mamert, alors archevêque de Vienne, avait remis en vigueur la fête des rogations pour mettre fin aux calamités de toutes sortes qui survenaient souvent dans le mois de mai. Cette fête religieuse s'étalait sur 3 jours durant lesquels prières et jeûne préparaient à la célébration de la fête l'Ascension. Rogation vient du latin rogare, demander. Et la population très rurale de l'époque demandait surtout la protection des cultures et d'avoir une bonne récolte.

Par la suite, les prières se montrant peu efficaces, la période de jeûne fût délaissée et les 3 jours de rogations devinrent les annonciateurs du froid ; les paysans jugent alors qu'il faut se méfier de planter ou semer avant ces dates, et ces 3 jours deviennent ensuite les saints de glace.

Les saints d'origine ne figurent plus sur notre calendrier depuis 1960. L'Eglise catholique  (qui se méfie par expérience des coutumes païennes qui détournent les fêtes et les pratiques religieuses) les a remplacés par d'autres saints. De nos jours, les  « saints de glace » constituent toujours une période de référence pour bon nombre de jardiniers.

Selon la tradition populaire, voici les « saints de glace » et les dates qui leur sont associées :

  • 11 mai : saint Mamert est donc l'archevêque qui, involontairement, a donné naissance aux saints de glace.
  • 12 mai : saint Pancrace était un adolescent qui fut décapité en 304, alors qu'il était âgé de 14 ans, parce qu'il ne voulait pas renoncer à sa religion chrétienne. Il est devenu le saint patron des enfants.
  • 13 mai : saint Servais ou saint Gervais, était un évêque très populaire du diocèse de Tongres (Belgique) au IVe siècle.

Comme les gelées ne s'arrêtent pas forcément le 13 mai, on a fait intervenir d'autres saints moins connus du mois de mai :

  • 14 mai : saint Boniface. Un vieux dicton dit : « le bon saint Boniface entre en brisant la glace ».
  • 19 mai : saint Yves. En Bretagne, il est  considéré comme le dernier saint de glace.
  • 20 mai : saint Bernardin, qui a donné le dicton : « s'il gèle à la saint Bernardin, adieu le vin ».
  • 25 mai : saint Urbain, marquant la fin des gelées si l'on en croit le dicton : «Mamert, Pancrace et Servais sont les 3 saints de glace, mais saint Urbain les tient tous dans sa main ».

En réalité,les statistiques montrent que les risques de gelée ne sont pas plus élevés durant ces 3 jours que durant les 3 qui les précèdent ou les 3 qui les suivent, mais comme le calendrier a subi de nombreuses transformations depuis le Moyen-âge, il est possible que les dates d'origine des saints de glace soient décalées par rapport à celles du calendrier d'aujourd'hui.

De fortes gelées sont à craindre une année sur dix seulement durant cette période, et il peut y avoir de petites gelées (gelées blanches) une année sur 3 seulement. Il en ressort aussi que 6 années sur 10, il ne gèle pas du tout durant la période des saints de glace ; vous pouvez donc tenter votre chance en plantant les légumes d'été. Mais la météo est très variable d'une année à l'autre, et il n'est pas rare qu'il gèle encore en juin en montagne.

La science a tenté d'expliquer ce phénomène : au mois de mai, le ciel devient plus dégagé en présence d'anticyclones. La couverture nuageuse faisant défaut, la perte de chaleur devient plus importante et se manifeste souvent en fin de nuit. Les astrophysiciens évoquent aussi le fait que l'orbite de la Terre traverse, au mois de mai, une zone de l'espace chargée de poussières faisant écran aux rayons solaires, ce qui entraînerait une baisse des températures.

Tout d'abord, il est faux de dire qu'on ne plante rien avant les saints de glace, puisque bon nombre de plantes pas trop frileuses, comme les pois, les fèves, les carottes et les radis sont souvent semés avant cette période. C'est le cas aussi de tous les arbres ou arbustes en conteneur que l'on peut  planter à cette époque.

En fait, cette période où l'on redoute le froid concerne surtout les légumes gélifs comme les tomates, courgettes, poivrons, aubergines, melons, etc. Il est donc conseillé de ne pas planter de plantes frileuses avant fin mai à moins de protéger les plantes par un voile d'hivernage (voile P17), une serre ou un tunnel.

Les gelées apparaissent la nuit, alors que la période diurne peut être ensoleillée et même chaude. Une astuce consiste à regarder le ciel le soir : s'il est couvert, il ne gèlera probablement pas.

Se produisant grosso modo à la même période de l'année, les saints de glace et la lune rousse sont, de ce fait, souvent associés. « En lune rousse, rien ne pousse » dit le vieux dicton : la lune rousse est le cycle lunaire qui débute en avril avec la nouvelle lune (on ne voit pas de lune dans le ciel, la nuit) et qui se termine à la nouvelle lune suivante en mai. La lune ne devient pas obligatoirement rousse à cette époque de l'année. Le  terme « rousse » fait référence à la couleur que prennent les jeunes pousses durant la nuit (comme si la lune en était la cause).

En effet, de par la hausse des températures en journée, les bourgeons se développent, les herbes poussent, mais la terre est encore froide, si bien que pendant la nuit où le thermomètre diminue fortement, il n'y a pas de restitution de chaleur du sol et les températures peuvent être négatives au lever du jour. Les jeunes pousses prennent une couleur rousse comme si elles avaient brûlé.

Voir les plants de potager

Guide écrit par:

Jean-Marie, Jardinier passionné & auteur, Auvergne, 169 guides

Jean-Marie, Jardinier passionné & auteur, Auvergne

Haut comme trois pommes, je travaillais déjà au jardin familial. C'est peut-être de là qu'est né mon intérêt pour les plantes et le jardinage. Il était donc logique pour moi de suivre des études à la fois en biologie végétale et en agronomie.   Accédant à la demande de divers éditeurs, j'ai écrit en 25 ans de nombreux livres sur la thématique des plantes, des champignons (un sujet qui me tient à cœur), essentiellement des guides d'identification dans un premier temps, mais très vite aussi par la suite, sur le jardinage, renouant ainsi avec la première passion de mon enfance.   J'ai aussi collaboré régulièrement à plusieurs magazines spécialisés dans le domaine du jardinage ou plus généralement de la nature. Comme il n'y a pas de jardinier sans jardin, c'est dans un petit coin de l'Auvergne que je cultive le mien depuis 30 ans et où je mets en pratique les méthodes de culture que je vous conseille.

Le plus grand magasin en ligne d'Europe de brico, maison & jardin

  • Des millions de produits

    62 fois plus qu'en magasin, ça en fait du choix

  • Livraison chez vous ou en point relais

    Ça, c'est vous qui voyez

  • Des centaines d'experts en ligne

    Aussi experts que Macgyver, plus dispos que votre ophtalmo