Comment praliner  les racines

Comment praliner les racines

Jean-Marie, Jardinier passionné & auteur, Auvergne

Guide écrit par:

Jean-Marie, Jardinier passionné & auteur, Auvergne

169 guides

Peu souvent pratiqué, le pralinage est une opération pourtant simple à réaliser et qui met les plants à racines nues dans de bonnes conditions avant leur plantation. Pour favoriser un bon enracinement et une bonne installation du végétal dans son nouveau milieu, étape par étape, nos conseils pour praliner les racines !

Caractéristiques importantes

  • Utilité du pralinage
  • Habillage des plantes
  • Réaliser un pralin
  • Plantes à praliner
Découvrez nos engrais pour plante !

Lorsque l'on repique, c'est-à-dire, que l'on plante un végétal, celui-ci subit un traumatisme sévère dû à son arrachage et à son installation dans une nouvelle terre et un nouvel environnement climatique.

Le pralinage est une des pratiques qui facilitent la reprise du végétal repiqué en agissant sur plusieurs paramètres :

  • il limite le dessèchement des plantes ;
  • le pralin agit comme un cataplasme qui cicatrise les plaies dues à l'arrachage ;
  • il empêche la pénétration d'agents pathogènes ;
  • il active la formation de radicelles ;
  • il favorise l'installation des champignons autour des racines (les mycorhizes) ;
  • la gangue de pralin qui entoure les racines améliore le contact entre elles et les particules du sol ;
  • on évite ainsi les poches d’air qui peuvent se créer à la plantation, et qui nuisent à la reprise de la plante.

Avant d'être transplantées, les plantes doivent être "habillées", opération qui consiste à couper une partie des racines et une partie du feuillage. L'habillage, comme le pralinage, se fait toujours sur des végétaux à racines nues, et se pratique juste avant la plantation. Cela concerne les arbres et les arbustes, mais aussi quelques plantes du potager comme le poireau et les asperges.

Pour les arbres, raccourcissez au sécateur les extrémités des racines de quelques centimètres. Taillez toutes les racines cassées ou présentant des blessures juste au-dessus du traumatisme. Le rabattage des racines les oblige à se diviser et à former des radicelles. Il doit être léger : dans tous les cas, ne coupez pas plus d’un tiers de la longueur des racines. Souvent, on se contente d’égaliser la longueur des racines après avoir taillé celles qui sont cassées.

Pour des plantes comme le poireau, coupez entre 1/3 et la moitié de la longueur des racines. L'habillage des racines vise à obtenir un système racinaire équilibré, et bien réparti autour du collet de la plante, on élimine ainsi les parties qui auraient pu être abîmées lors de l'arrachage. La plante émettra de nouvelles radicelles (racines secondaires), saines et très denses. Le fait de raccourcir les racines des légumes avant de les planter permet aussi d'éviter qu'elles ne se retroussent vers le haut lorsque l'on enfonce le plant dans le trou.

Vous trouverez dans le commerce des pralins prêts à l'emploi, ou sous forme de poudre à diluer dans l'eau, mais il est très simple de le préparer soi-même en mélangeant dans un seau deux ingrédients.

Une part de terre de jardin

Grossièrement tamisée pour enlever les petits cailloux éventuels, elle doit être la plus argileuse possible. Si votre terre n'est pas assez argileuse, trop sableuse, ajoutez-y de l'argile que vous trouverez en poudre ou en petits morceaux dans le commerce.

Une part de bouse de vache fraîche

Vous pouvez remplacer la bouse de vache par du fumier composté, ou simplement du compost ; cet ingrédient n'est pas indispensable, mais il apporte des micro-organismes, très utiles aux végétaux.

Il faut ensuite bien mélanger les deux ingrédients et ajouter peu à peu de l'eau jusqu'à obtenir une pâte à la fois liquide et épaisse, de la consistance d'une pâte à beignets. Il faut obtenir un produit qui soit suffisamment liquide pour pouvoir y immerger l'ensemble des racines, mais aussi suffisamment solide et collant pour que toutes les racines soient enrobées de cette boue. Laissez reposer 15 min avant d'y mettre vos racines à tremper.

Certains jardiniers conseillent de laisser tremper les plantes dans cette préparation pendant 30 mn, voire 24 h pour des arbres, sans que l'on ait des preuves convaincantes de l'utilité de cette pratique.

Quelques améliorations à la recette de base

Eau de pluie

Utilisez de préférence de l'eau de pluie car le chlore de l'eau du robinet est un produit peu apprécié des micro-organismes ! Vous pouvez aussi laisser reposer l'eau du robinet à l'air libre pendant au moins 24h pour faire disparaître le chlore.Poudre de mycorhizes

Vous faciliterez l'absorption de l'eau et des éléments minéraux par les racines en apportant des mycorhizes sous forme de poudre. Saupoudrez les racines enveloppées du pralin ou ajoutez-en quelques cuillères dans le pralin. Les mycorhizes sont particulièrement recommandés en sol pauvre.

Dolomie

Dans les sols à tendance acide, un apport de dolomie (riche en magnésium et calcium) peut être utile pour les végétaux à raison d'une cuillère à soupe environ par litre de pralin.

Pour effectuer le pralinage, l'utilisation du lithothamne, une algue rouge calcaire récoltée en fond marin peu profond, est souvent conseillée en confectionnant une bouillie composée d'environ 100 g de poudre pour 1 litre d'eau.

Biostimulant utilisable en agriculture biologique, ce produit est cependant à employer avec parcimonie, car la surexploitation des gisements pour le jardinage ou d'autres domaines, entraîne une dégradation des fonds marins, avec toutes les conséquences que cela comporte sur l'environnement.

Quand on parle de pralinage, on pense bien souvent aux arbres ou aux arbustes, mais il peut être effectué sur tout végétal arraché de sa terre d'origine avant qu'il ne soit replanté ailleurs. Le pralinage n'a pas lieu d'être sur les conifères qui ne sont quasiment jamais proposés à racines nues.

Au potager, le pralinage se pratique notamment sur les poireaux, les choux, les fraisiers, les céleris-raves, les asperges, les artichauts.

Découvrez nos engrais pour plante !

Guide écrit par:

Jean-Marie, Jardinier passionné & auteur, Auvergne, 169 guides

Jean-Marie, Jardinier passionné & auteur, Auvergne

Haut comme trois pommes, je travaillais déjà au jardin familial. C'est peut-être de là qu'est né mon intérêt pour les plantes et le jardinage. Il était donc logique pour moi de suivre des études à la fois en biologie végétale et en agronomie.   Accédant à la demande de divers éditeurs, j'ai écrit en 25 ans de nombreux livres sur la thématique des plantes, des champignons (un sujet qui me tient à cœur), essentiellement des guides d'identification dans un premier temps, mais très vite aussi par la suite, sur le jardinage, renouant ainsi avec la première passion de mon enfance.   J'ai aussi collaboré régulièrement à plusieurs magazines spécialisés dans le domaine du jardinage ou plus généralement de la nature. Comme il n'y a pas de jardinier sans jardin, c'est dans un petit coin de l'Auvergne que je cultive le mien depuis 30 ans et où je mets en pratique les méthodes de culture que je vous conseille.

Le plus grand magasin en ligne d'Europe de brico, maison & jardin

  • Des millions de produits

    62 fois plus qu'en magasin, ça en fait du choix

  • Livraison chez vous ou en point relais

    Ça, c'est vous qui voyez

  • Des centaines d'experts en ligne

    Aussi experts que Macgyver, plus dispos que votre ophtalmo