Des marteaux  et des hommes

Des marteaux et des hommes

Sébastien, Rédacteur en chef

Guide écrit par:

Sébastien, Rédacteur en chef

354 guides

L’histoire du marteau est une apologie, son évolution une success story. Adoré par certains, redouté par d’autres, le marteau fut au cœur de nombreuses passions. Ses différentes utilisations au fil des siècles ont façonné son profil dans l’objectif ultime de satisfaire toutes les envies. Voici son incroyable histoire.

Caractéristiques importantes

  • L'avoir bien en main
Voir les marteaux

« Si j’avais un marteau… » est l’hypothèse la plus probable à la source de cette invention millénaire. Attribué à un Homo neanderthalensis né sous X du milieu de l’Age de pierre, le premier marteau était un vulgaire caillou attaché avec des tendons rotuliens de bison à un morceau de bois fendu à son extrémité. 

La pertinence et la maniabilité de l’outil en firent d’abord un accessoire de chirurgie crânienne, vînt ensuite une utilisation multiusage jusqu’au début de notre ère et enfin ludique grâce au celte Cúchulainn, grand guerrier et champion de l'Ulster, qui le popularisera en créant la discipline du lancer de marteau. 

Dès lors démarginalisé, le marteau fit le tour de toutes les mains. Un comité d’experts, réuni pour chaque corps de métier et à différentes époques de l’histoire, œuvra pour donner à chaque utilisateur le marteau de ses souhaits : charpentiers, ferronniers, vitriers, maréchal-ferrant… tous avaient quelque chose à enfoncer ou cogner

Enrichi de ses contradictions et de ses succès, le marteau ne cessa d’évoluer et d’accroitre sa notoriété au fil des siècles.

XVème siècle : dans les contreforts des Pyrénées, le premier marteau à ferrer les lapins permet la pose de quatre fers de bronze à Patxi Untxia, robuste lapin de garenne de 53 cm au garrot. Le bestiau s’illustra en première place lors de la Grande course du royaume de Navarre le 18 août 1469. Son propriétaire, à l’issue de la course, le partagea cuisiné en civet sauce béarnaise avec les villageois. 

XVIème siècle : au vu de son fort magnétisme, le marteau est utilisé en pleine Chasse aux sorcières comme instrument d’art divinatoire dans l’Epreuve de la demi-finale. Juge impartial, celui-ci était projeté avec force et véhémence en pleine fontanelle des accusées de sorcellerie. Le verdict était sans appel : vivante, l’accusée était déclarée innocente jusqu’à l’Epreuve du bûcher ; morte, l’accusée était déclarée coupable.

XVIIème siècle : les magistrats préfèrent l’usage du maillet au marteau pour clore les audiences et plaidoyers et évitent ainsi la casse systématique de leur pupitre. Le premier parent du marteau est né.

XVIIIème siècle : des gingivites à répétition et l’usure prématurée de leurs incisives poussent les couvreurs bourguignons àabandonner la taille de la lauze avec les dents au profit d’un marteau dédié à panne pointue.

XIXème siècle : « Lorsque l’on joue les enclumes et que l'on survit à un coup de marteau sur la tête, il est fort probable que l'on ait des séquelles graves accompagnés d’un comportement loufoque. »  En 1835, l’Académie française admet que recevoir un coup de marteau sur la tête signifie « avoir des idées étranges » ou encore « être fou ».  Le marteau est à l’aube d’être recensé comme arme de Catégorie D.

XXème siècle : le marteau de vitrier est créé. Le premier clou à traverser une vitre est enfoncé le 17 décembre 1903, jour où les frères Wright enregistrent le premier vol motorisé maitrisé à bord du Flyer dans les dunes de Kitty Hawk. Coïncidence ?

XXIème siècle : devant l’inefficacité répétée du marteau casse-noix devant la noix de coco, l’ergonomie du marteau est revisitée au profit d’un nouvel outil : la masse casse-noix de coco. Tous les corps de métiers disposent désormais de leur propre marteau. 

« C’est parce que Régis est maladroit qu’il préfère utiliser une pelle en guise de marteau. » Et on le comprend. La surface de frappe d’une pelle avoisine les 50 000 mm², celle d’une table de marteau 400 et la tête d’un clou occupe 7 mm² dans l’espace. Maladresse ? Principe de précaution ? Alcoolémie ? Rien de tout cela non, Régis n’a juste pas le gabarit…

Souvent associé à une barbe broussailleuse et une voix tonitruante, le marteau séduit d’abord les phalanges poilues, les peaux abrasives. « Conçu pour que glisse la sueur épicée de l’homme, le manche ne se plait qu’au creux d’une paume calleuse. », c’est dans ces termes que le collectif Aux coups de marteaux perdus ouvre son manifeste. 

Nostalgique de l’époque où la maitrise du marteau s’exhibait dans les foires publiques, les gaucheries recensées quotidiennement sèment effroi et stupeur dans la communauté protéinée. « Des Régis qui utilisent la pelle comme marteau, il y en a toujours eu. Seulement, la pratique devrait être interdite en mémoire de nos doigts perdus. », rapporte Jean Titube, porte-parole du collectif et homme à huit doigts

Outre de militer depuis 1987 pour le retour de l’apprentissage du marteau à l’école, le collectif s’est illustré aux JO de 1992 à Albertville devant les chinois en enfonçant une pointe de Parisde 160 mm en seulement deux frappes les yeux fermés.

Une telle épopée ne pouvait que conduire le marteau à sa notoriété d’aujourd’hui.

Devenu source d’inspiration contemporaine, les plus grands penseurs se l’approprient jusqu’à s’identifier à sa capacité destructrice. Terminons cette douce apologie avec une citation guerrière de Kaamelott :« Je lui rembourse mes genoux et s'il a filé la vérole à mes bêtes... j'suis un marteau moi, je crame tout moi, sa ferme, ma ferme, celles des autres, le château, j'fais flamber la moitié de la Bretagne. » Source photo braindamaged.fr

Voir les marteaux

Guide écrit par:

Sébastien, Rédacteur en chef, 354 guides

Sébastien, Rédacteur en chef

A l’issue d’études dans le commerce, j’ai appris par opportunité la profession de charpentier. Noble mais dur métier, les hivers et la pluie m’ont incité à descendre des toits et à pousser les portes d’une quincaillerie où sans grande surprise, je me suis retrouvé quincaillier. Le métier m’a plu et au fil des années, j’ai accumulé les expériences dans plusieurs Grandes Surfaces de Bricolage. Entre deux magasins, je poursuivais mon apprentissage et travaillais en serrurerie, couverture, imprimerie ou dans le secteur industriel pour des sociétés de traitement de surface, de fabrication de vases d’expansion... L’envie de transmettre m’a ensuite conduit à me former au métier d'enseignant de Français Langue Étrangère, puis j’ai commencé d’écrire des articles de voyage, puis de bricolage pour monEchelle.fr. Aujourd’hui Rédacteur en chef de la section Conseil technique de ManoMano, j’ai le plaisir de travailler avec une communauté de vrais experts dont un jardinier hors pairs, un soudeur émérite, un plombier passionné et encore beaucoup d’autres. Restituer un conseil impartial est ce que nous faisons de mieux, et ce que nous continuerons de faire pour vous.

Le plus grand magasin en ligne d'Europe de brico, maison & jardin

  • Des millions de produits

    62 fois plus qu'en magasin, ça en fait du choix

  • Livraison chez vous ou en point relais

    Ça, c'est vous qui voyez

  • Des centaines d'experts en ligne

    Aussi experts que Macgyver, plus dispos que votre ophtalmo