Offre exclusive App : Livraison offerte dès 200€ d'achat*Voir conditions
Qui sommes-nous
Comment installer une VMC double flux

Comment installer une VMC double flux

Sébastien, Rédacteur en chef

Guide écrit par:

Sébastien, Rédacteur en chef

382 guides

Une VMC double flux permet de réduire considérablement les déperditions thermiques estimées entre 15 et 20 % en cas de mauvaise ventilation. Éligible en rénovation énergétique, l’installation d’une VMC double flux est complémentaire d’un habitat éco-responsable, et permet d’assainir l’air ambiant du logement.

En rénovation, l’installation d’une VMC double flux s’effectue le plus souvent dans les combles ou dans un local dédié (l’espace d’installation doit être isolé). Même si les VMC double flux sont de plus en plus silencieuses, il est conseillé de les installer éloignées des chambres à coucher. Elles doivent également être facilement accessibles pour pouvoir assurer leur maintenance, car les filtres sont à nettoyer régulièrement voire à changer une à deux fois par an. 

  1. Réaliser un plan de l'installation
  2. Percer l’emplacement des bouches d’extraction et d'insufflation
  3. Installer les bouches d’extraction et d'insufflation
  4. Relier le répartiteur et l’échangeur aux gaines
  5. Poser la sortie de toit d’air vicié et l’entrée d’air neuf
  6. Réaliser les branchements électriques des caissons de la VMC
  7. Procéder à un test de fonctionnement 

La réalisation d’un plan est indispensable. Il permet de matérialiser l’emplacement des gaines donc d’estimer les longueurs nécessaires, et de visualiser les lieux d’installation des bouches d’extraction, d’insufflation, la sortie d’air vicié et l’entrée d’air neuf. Dans notre exemple, nous installons la VMC double flux dans des combles perdus isolés. Les gaines n'ont pas d'obstacles pour desservir les différentes bouches, l’entrée d’air neuf est installée sur un mur exposé plein sud, et l’air vicié est rejeté par une sortie de toit. 

Voir le catalogue ManoMano
VMC double flux

Le perçage des emplacements des bouches d’extraction et d'insufflation se réalise avec une scie cloche du diamètre des bouches. Les bouches d’extraction sont de diamètre 80 mm pour la salle de bains et les WC, et de 125 mm pour la cuisine. Les bouches d’insufflation sont de diamètre 80 mm quelle que soit la pièce. 

Voir le catalogue ManoMano
Bouches d’extraction

Les bouches d’extraction et d’insufflation sont insérées dans les emplacements préalablement percés puis fixées. Les gaines isolées y sont ensuite reliées puis immobilisées avec un collier de serrage. De l’adhésif aluminium est appliqué autour des gaines pour les fixer aux bouches et assurer une étanchéité parfaite.

Voir le catalogue ManoMano
Gaines isolées

Les gaines sont reliées au répartiteur et à l’échangeur puis fixées avec des colliers de serrage et de l’adhésif en aluminium. Au besoin, les caissons peuvent être suspendus à la charpente avec des crochets et de la cordelette.

Pose de la sortie de toit d’air vicié

La sortie de toit pour l’évacuation de l’air vicié est de diamètre 160 mm, elle s’installe sur un pan de la toiture sur une tuile à douille (tuile dotée d’un orifice prévu pour le passage de conduit de ventilation) en lieu et place d’une tuile standard sur la couverture. Pour son installation et le passage de la gaine isolée, il est nécessaire de découper les voliges, l’écran sous toiture, et l’isolation. Certaines sorties de toit ne nécessitent pas de tuile à douille, mais s'installent directement en lieu et place d’une tuile. La sortie de toit inclut alors une collerette d’étanchéité en feuille de plomb façonnable. La feuille de plomb est alors façonnée à la forme des tuiles, puis collée avec un mastic-colle souple à base de polyuréthanne. La gaine isolée est fixée à la sortie de toit avec un collier de serrage puis de l’adhésif aluminium.

Pose de l’entrée d’air neuf

L’entrée d’air neuf est assurée par une bouche de diamètre 160 mm, installée sur un mur, et orientée plein sud de préférence. Le perçage est réalisé avec un trépan de 160 mm installé sur un perforateur, ou effectué en plusieurs fois avec un foret béton comme illustré ci-dessus. La bouche est ensuite fixée avec des vis et des chevilles sur le mur, puis reliée à la gaine isolée avec un collier de serrage et de l'adhésif aluminium.

Voir le catalogue ManoMano
Sortie de toit

Les condensats sont évacués par un tuyau relié aux eaux usées du logement. L’échangeur est positionné en pente pour faciliter l’écoulement des condensats, et le tuyau d’évacuation d’évacuation observe une pente de 2 %, soit de 2 cm par mètre.

La VMC double flux est reliée à l’alimentation par des fils électriques de 1.5 mm². Elle est protégée par un disjoncteur différentiel de 30 mA et un disjoncteur divisionnaire de 2 A. Elle est actionnable par un interrupteur simple, accessible dans le logement. Celui-ci permet d’actionner une survitesse, lorsque l’on cuisine par exemple, de manière à augmenter le renouvellement d’air.

Une VMC double flux fonctionne en continu, et pour que son fonctionnement soit optimal, les débits d’air doivent être mesurés et équilibrés. En effet, en cas de déséquilibre, le logement peut être en surpression ou dépression, ce qui nuit au rendement de l’échangeur.

Voir le catalogue ManoMano
VMC double flux

A l'instar de la production d'eau chaude sanitaire, de l'isolation thermique, de la ventilation et d'autres systèmes de chauffage, les VMC s'inscrivent dans le programme de Rénovation énergétique visant à réduire la consommation énergétique et les émissions de gaz à effet de serre des bâtiments.

En savoir plus sur la rénovation énergétique

En savoir plus sur les Aides à l'installation

Guide écrit par:

Sébastien, Rédacteur en chef, 382 guides

Sébastien, Rédacteur en chef

A l’issue d’études dans le commerce, j’ai appris par opportunité la profession de charpentier. Noble mais dur métier, les hivers et la pluie m’ont incité à descendre des toits et à pousser les portes d’une quincaillerie où sans grande surprise, je me suis retrouvé quincaillier. Le métier m’a plu et au fil des années, j’ai accumulé les expériences dans plusieurs Grandes Surfaces de Bricolage. Entre deux magasins, je poursuivais mon apprentissage et travaillais en serrurerie, couverture, imprimerie ou dans le secteur industriel pour des sociétés de traitement de surface, de fabrication de vases d’expansion... L’envie de transmettre m’a ensuite conduit à me former au métier d'enseignant de Français Langue Étrangère, puis j’ai commencé d’écrire des articles de voyage, puis de bricolage pour monEchelle.fr. Aujourd’hui Rédacteur en chef de la section Conseil technique de ManoMano, j’ai le plaisir de travailler avec une communauté de vrais experts dont un jardinier hors pairs, un soudeur émérite, un plombier passionné et encore beaucoup d’autres. Restituer un conseil impartial est ce que nous faisons de mieux, et ce que nous continuerons de faire pour vous.

  • Des millions de produits

  • Livraison chez vous ou en point relais

  • Des centaines d'experts en ligne