Le plus grand choix de bricolage

Conseils live avec nos experts brico

Baguette de brasure

Filtrer

Prix (€) Effacer

Cette valeur n'est pas valide.

Marques Effacer

  • THESSCO 4
  • GYS 1
  • BOSCH 1
  • SéLECTION CAZABOX 1

Livraison Effacer

  • Livraison gratuite 4
  • Livraison 24h 0
  • Livraison en point relais 6

Options de paiement Effacer

  • Paiement en 3X sans frais 0

Marchands Effacer

  • Cazabox 5
  • Banyo 1
  • Zoomici 1

Type Effacer

  • Brasure 5
  • Fil soudure 1

Type de brasure Effacer

  • Brasure argent 1
  • Brasure cuivre 1
  • Brasure cupro-phosphore 1

Longueur (cm) Effacer

Cette valeur n'est pas valide.

Diamètre (mm) Effacer

Cette valeur n'est pas valide.

La brasure est une technique qui permet d’assembler des matériaux en simulant une continuité par l’ajout d’un métal d’apport fourni par les baguettes. En d’autres termes, la fonte de ces dernières permet l’assemblage des pièces. Cela ne nécessite qu’une fusion de ces accessoires sans faire fondre les extrémités des morceaux à réunir, contrairement à la soudure.

Un des premiers avantages de cette méthode se traduit par l’assemblage permanent par réunion des bords de pièces sans avoir besoin de rivets, boulons, agrafes… On peut également constater que cette pratique rend obligatoire l’apport en métal, par opposition à la soudure où cela est optionnel pour des pièces de dimensions relativement faibles. Ensuite, il faut noter que dans la brasure, la matière des baguettes est toujours différente des segments à unir. En effet, le choix du matériau adéquat dépend essentiellement de son point de fusion devant être nettement moins élevé que ceux des deux autres éléments. Ainsi, à condition de suivre scrupuleusement ce principe, la plupart des métaux peuvent être brasés. Par exemple, la brasure tendre à l’étain requiert une température de fusion de 200°C environ et permet un assemblage à faible résistance mécanique sur les métaux usuels. Par ailleurs, la brasure forte à l’argent, au cuivre ou à l’aluminium nécessite une température de 600°C à 900°C, et autorise un montage à forte résistance mécanique sur les métaux n’ayant pas de point de fusion bas comme l’étain, le plomb, le zinc, etc.